Navigation | ARTICLE PHILOSOPHE

Catégories

ARTICLE PHILOSOPHE

MOUVEMENT LITTERAIRE : L’esprit et les idéaux des lumières.
AUTEUR : Dumarsais, un des philosophes des Lumières
SOURCE : L’encyclopédie rédigée par plusieurs auteurs dont Diderot, Montesquieu afin de faire l’inventaire raisonné des connaissances de leur époque, de décrire les savoir-faire technique et d’encourager les inventions et les applications pratiques de la science et ainsi de contribuer au progrès économique et moral de l’humanité.
SUJET : L’article philosophe est un portrait élogieux et enthousiaste du philosophe. Ce dernier représente un modèle intellectuel et moral incarnant l’esprit des Lumières.
On pourra se demander en quoi cet article est représentatif de l’esprit des Lumières.
Dans un premier temps, nous verrons de quelle façon Dumarsais présente le philosophe comme un modèle, une incarnation de l’esprit des Lumières ; dans un second temps nous verrons de quelle façon l’article lui-même est représentatif de l’esprit des Lumières.

I – LE PHILOSOPHE
1) on note tout d’abord le recours au registre de l’éloge : le philosophe est présenté comme un modèle.
Ligne 14, on relève l’hyperbole « une grande perfection » ou le recours à l’affectif: ligne 35 « notre philosophe » l’auteur exprime l’intimité, il se sent proche du philosophe.
2) Ensuite, l’auteur met en valeur les qualités de philosophe. Il s’agit de quelqu’un de « social » c’est-à-dire qui a quelque chose à offrir à la société et de « sociable » en cela qu’il ne se tient pas à l’écart de cette dernière.
Ligne 25 « ne se croit pas en exil dans ce monde » et ligne 27 « trouver du plaisir avec les autres »
C’est également un être de qualité, il est réfléchi, vrai : ligne 7 « n’agit qu’après réflexion », oralité, ligne 31 : « honnête homme ».
Il fait preuve d’esprit critique, on peut donc dire de lui que c’est un homme de raison Ligne 2 « la raison détermine le philosophe », ligne 48 « pour raison ».
3) Enfin le philosophe est détruit par le biais des buts qu’il se propose.
Il vise tout d’abord à éclairer l’ignorant en découvrant la vérité : ligne 10 – 11 « pouvoir la démêler là où il peut l’apercevoir ».
Il souhaite avant tout se rendre utile à la société en lui donnant accès à la culture, c’est-à-dire en l’aidant à accéder à l’idéal de l’honnête homme. (culture et éducation plus ou moins raffinées).
Ligne 30 « se rendre utile » : lignes 49-50 « ne produire que des effets conformes à l’idée d’honnête homme »
On retrouve bien une représentation valorisante du philosophe. Celui -ci représente l’idéal à atteindre puisqu’il sait à la fois se mêler à la société et lui apporter des valeurs qui ne peuvent que la faire progresser vers plus de connaissances, d’intelligence et de respect de l’individu.

II – Dumarsais, pour faire l’éloge du philosophe met en pratique ses propres qualités de philosophe, on reconnaît cette démarche dans la façon qu’il a de bâtir son article.
Ainsi, nous pouvons y déceler la volonté de démontrer ses affirmation. Il compare l’attitude du philosophe à celle des autres hommes, pour l’opposer : ligne 2 « le philosophe, au contraire, démêle les causes autant qu’il est en lui »…
Il décrit ensuite la méthode choisie par le philosophe pour atteindre « les causes ». Il la caractérise en mettant en valeur le recours à la réflexion, objective, scientifique que celle-ci suppose. Ligne 4 « la vérité n’est pas pour le philosophe une maîtresse qui corrompe son imagination ». Le philosophe ne se laisse pas abuser « corrompre » par son amour de la vérité, il vérifie ses dires ; ligne 6 « il ne la confond point avec la vraisemblance » ; il prend pour vrai ce qui est vrai, pour faux ce qui est faux ».
Enfin, il sait rester humble : ligne 9-10 « lorsqu’il n’a point de motif pour juger, il sait demeurer indéterminé ».
Ainsi dans cet article après l’hypothèse : ligne 2 « le philosophe » est celui qui « démêle les causes » et l’observation de la démarche du philosophe : réflexion objective, discernement et humilité, il peut en venir alors à une conclusion, ligne 11  » l’esprit philosophique est donc… » et plus loin dans l’article  » plus vous trouverez de raison dans un homme, plus vous trouverez en lui de probité. Au contraire, où règnent le fanatisme et la superstition, règnent les passions et l’emportement. Le tempérament du philosophe c’est d’agir par esprit d’ordre (méthodiquement) et de raison (avec intelligence).
Ainsi, aucune des affirmations qui constituent le portrait du philosophe n’arrivent sans avoir été « démontrées », « éclairées », dans cet article ce n’est ni la passion, ni le fanatisme qui parle, c’est la raison, l’intelligence de l’auteur qui s’exprime en parfait philosophe qu’il est.
CONCLUSION :D umarsais par le biais de cet article offre donc sa pleine participation à la cause des Lumières puisqu’il présente à la fois l’éloge du modèle du philosophe et cela en adoptant une démarche quasi-scientifique prouver le bien fondé de cet éloge.
Ainsi, on peut dire que tant explicitement, qu’implicitement cet article est bien représentatif de l’esprit des Lumières visant comme le veut la métaphore, à éclairer tout un chacun et à l’encourager dans sa quête authentique et sincère de la vérité.

Par santa13 le 10 mai, 2010 dans Non classé

Laisser un commentaire

livremania2 |
Tournai la Page |
maud99 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | riquetalahouppe
| poésie et spiritualité
| rio44unblog